17 septembre 2013

Les échos de l'entraînement

Et la lumière revint...
Décidément, les bonnes affluences de ce début de saison se confirment. On était 22 pour l'entraînement lundi soir. Pour ne rien gâcher, la lumière était de retour pour ce troisième rendez-vous de la saison. Pourvu que ça dure!
A 22, logiquement, un 11 contre 11 a été organisé sur tout le terrain. Malgré quelques bourrasques, la rencontre a été agréable et équilibrée, même si les chasubles se sont finalement imposés (8-5 ou quelque chose comme ça) grâce à leur science de la contre-attaque, un Giulio bien en jambes et une belle solidité défensive autour du trio Yvon-Abdel-Bruno. Dans le camp adverse, on a plutôt eu la possession du ballon, mais en foot, il est toujours aussi difficile de marquer sans tirer.
Rendez-vous lundi prochain même endroit, même heure.
Les Chasubles : Fred - Yvon, Abdel, Bruno - Jérémy, Cédric, Laurent, Giulio, Cyril - Anthony, le pote de Giulio.
Les Hommes du coach : Coach - Fred Maldini, Fabrice, Marc, Olivier - Pascal, Jacky, Philippe, Seb - Stevens, Domi.

03 septembre 2013

Les échos de l'entraînement

Pour la reprise, on était 24 selon les organisateur, 22 selon la police et en fait on n'a que 21 noms : Michel, Yvon, Olivier, Abdel, Jacky, Fred Maldini, Fred Lloris, Cyril, Philippe C, Anthony, Steven, Marc, Steph, Seb, Giulio, Laurent, Domi +1, Jérémy, Pascal et Cédric (tiens un revenant).
Pardon pour les oubliés, on rectifiera au fur et à mesure.
Le coach est parti sur 4 équipes disputant un tournoi sur deux moitiés de terrain, mais la lumière toute automatique a sévèrement déconné, ce qui fait qu'on a dû jouer sur tout le terrain avec des zones d'ombres.
Le coach a, comme on s'en doute, fait savoir à la mairie qu'il n'était pas content. On espère que lundi tout rentrera dans l'ordre. mais c'est pas gagné vu que le mardi, le responsable des loupiotes n'était pas au courant de la panne. Allez, Coach, on est à Perpignan pas à Dortmund : faut pas brusquer le personnel qui va à la plage.
RV lundi prochain même heure. Il serait bon que chacun apporte sa lampe torche individuelle fixée au front par un bandeau.

22 mai 2013

Les échos de l'entraînement

Le vent soufflant en rafales n’a pas découragé les 18 mordus qui se sont retrouvés hier Porte d’Espagne pour la dernère séance d’entraînement de la saison. Michel, le Coach n’a pas joué (dos douloureux, fessiers à la dérive et jambes en rade), mais il a constitué deux équipes de forces égales. D’un côté, les 8+1 : Frédérick, Vincent (le cousin d’Anthony), Laurent, Matthieu, Philippe, Giulio, Bruno, Anthony puis Pierrot. De l’autre les 8 à 8 : Christian, Marc, Jacky, Jérémy, Olivier, Raymond, Domi et Abdel.
Le match. Il s’est fini au but en or à l’avantage des 8+1 sur le score de 5-4. On notera le hat trick d’Olivier auteur de trois buts, et le bon esprit de la partie.
Le fait du match. Centre de Pierrot pour les 8+1, Abdel s’interpose d’un amorti de la poitrine devant Anthony, Christian s’empare de la balle, dégage aussitôt au pied sur le côté gauche pour Olivier. Ce dernier arrive en vue des buts de Fred, se fait piquer le ballon par Laurent, mais récupère la passe au gardien de Laurent trompé par le vent et marque. Durée de l’action à une passe et une récup : 4 secondes.
Paroles. Philippe à propos d'Olivier qui se tord de douleur au sol après un contact avec Pierrot : « S’il a des crampes, il doit sortir ».
Les pizzas. Le coach avait organisé une petite mi-temps pizzas (bouffe à volonté et boissons à l’œil pour 5 euros). Super ambiance avec le numéro de Giulio qui n’avait pas de quoi payer son écot : il a fait de l’humour au dépens du Coach avec la finesse qu’on lui connaît.
Présents. Michel, Frédérick, Vincent, Laurent, Matthieu, Philippe, Pierrot, Giulio, Bruno, Anthony, Christian, Marc, Jacky, Jérémy, Olivier, Raymond, Domi et Abdel

26 mars 2013

Les échos de l'entraînement

Un beau petit match, un geste technique rare gâchés par une attitude à proscrire, tel pourrait être en une phrase le résumé de la soirée d’hier. La gueulante du Coach qui n’est pas resté en raison d’une blessure nous a manqué.
Pas malin. On va écluser le mauvais moment. Petite friction entre Seb (qui ne passe pas pour un joueur très brutal) et Stevens (qui ne passe pas pour un gars trop fin). Résultat, le second prononce des mots qui ont peut-être leur place sur les terrains de banlieue ou en équipe de France (où la sodomie est pratique courante entre cons) mais pas chez nous.
Beau match. Le Président a constitué des équipes équilibrées comme le montre le score final 6 – 6enre les « Manjokazes » (Christian, Fred, Cyrille, Olivier, Matthieu, François-Pierre, Miguel, Eric, Romain, Sébastien) et les « Jmeréveyetar » (Marc, Bruno, Stevens, Frederick, Pierrot, Domi, Yvon, Anthony, Laurent, Jérémy).
Début de partie tout à l’avantage des « Manjokazes »qui mènent 3-0 au bout d’un petit quart d’heure grâce à des buts de Miguel et de Romain. Du coup, on se relâche du côté des gars du Président tandis que ceux d’Yvon commencent à presser les adversaires. Ces derniers, trop faciles, comme des Montpelliérains s’apprêtant à prendre une branlée en Coupe d’Europe, se font remonter. On notera un but magnifique en reprise de volée à mi-hauteur de Bruno sur un centre tendu de son petit frère Marc.
De cadeaux en loupés, les « Manjokazes » sont à la peine et finissent par égaliser 6 – 6 en fin de match. On jouait le but en or quand les noms d’oiseaux ont fusé (voir plus haut). Match arrêté à quelques minutes de l’extinction des feux.
La parabole de Fred. L’ami Fred, pourtant brillant hier soir (on ne compte plus ses actions défensives décisives et ses bonnes relances), mais allez savoir pourquoi, sur un ballon en profondeur, il entend Christian avancé à la limite de sa surface qui lui crie « Gardien ! » et il vous balance une chandelle que n’aurait pas désavoué James Hook. Voyant cela le Président revient au pas de course vers ses cages. « J’y crois pas » seront ses seules paroles en guise d’oraison funèbre quand il voit le ballon rebondir 1m devant le but et entrer dans le filet en plein milieu. Du grand art.
Présents. Michel, Christian, Fred, Cyrille, Olivier, Matthieu, François-Pierre, Miguel, Eric, Romain, Sébastien, Marc, Bruno, Stevens, Frederick, Pierrot, Domi, Yvon, Anthony, Laurent et Jérémy

19 mars 2013

Les échos de l'entraînement

Le Coach avait prévu d’offrir l’apéro après l’entrainement hier soir, il a tenu parole. Abdel, toujours blessé au genou, avait annoncé sa visite amicale, il était là avec une boîte de dattes venant d’Algérie dont on s’est régalé avant et après le match. Merci.
Les retours. La famille Planas, a surgi dans le vestiaire créant la confusion car beaucoup ne les ont pas reconnus tellement ça faisait un bail qu’on ne les avait pas vus. François-Pierre n’avait rien dit, et à la différence de Jean-Mi et autres branlotins du journal, ii était là, mais en retard comme d’hab. Quant au président, lui aussi faisait sa rentrée après trois semaines à soigner ses plaies.
Les équipes. On était 8 contre 8 au coup d’envoi jusqu’à l’arrivée de François-Pierre qui a permis aux Bleus du Coach (Michel, Romain, Anthony, Jacky, Pascal, Fred, Eric et Cyrille) d’être en surnombre face aux Canaris (Christian, Jérémy, Domi, Olivier, Matthieu, Giulio, Sébastien et Laurent).
Le match. FPV arrivé au moment où les Canaris menaient déjà 2-0 a servi de déclic pour que ces derniers se mettent à faire des cadeaux. En un rien de temps, on en était à 3-2 pour les Bleus du Coach. Un Coach qui passait régulièrement des savons à ses troupes et qui heureusement faisait lui aussi des cadeaux à l’adversaire. Cela dit, on lui doit quelques arrêts déterminants, surtout quand les brêles en jaune s’ingéniaient à lui tirer dans les poings, même lorsqu’il rêvassait près de son poteau gauche.
On tournait à la mi-temps sur un avantage des Bleus (5-4). Mais en seconde période, un joli but de Domi de la tête sur un centre tendu de Matthieu annonçait une fin de match à l’avantage des Canaris. Après deux buts en or (Olivier en voulait une troisième : ça vous étonne ? ) le match se terminait sur une belle victoire des hommes du Président (8-6).
Paroles.
Fred : « Je ne suis jamais revenu pour rien pour sauver des buts ce soir. J’espère avoir les honneurs du blog, hein président. »
Michel en arbitre new âge: « J’en ai marre de vos coup-francs, les mains involontaires, ça compte pas ! ».
RV la semaine prochaine.

12 février 2013

Les échos de l'entraînement

14 présents hier soir et un blessé. A la longue liste de la semaine dernière des blessés est peut-être venu s'ajouter Jérémy, qui a joué le match en boitillant, suite à des douleurs à la cheville.
Règlement. On est reparti sur le même système que la semaine dernière, où il n'était permis de marquer que de la tête, en reprise de volée, ou à ras de terre, entre des plots. Pas de gardien donc, dans ce 7 contre 7 de haut vol où nous avons vu plusieurs belles actions.
Les équipes. Les Canaris: Laurent, Yvon, Cyril, Olivier, Domi Philippe et La Crouze.
Les Sans-culotte : Giulio, Steven, Jacky, FPV, le Coach, Jérémy et Pierre.
Le match. Bien emmenés par un Steven qui s'était fixé pour défi de ne jamais marquer de la tête (il a d'ailleurs brillé dans cet exercice), les Sans-culotte ont prit l'avantage rapidement, menant (2-0) au bout de quelques minutes. Notamment grâce à Giulio qui parvenait à se faufiler entre les défenseurs. Même si le marquage de La Crouze a su freiner ses ardeurs par la suite. Mais les Jaunards n'avaient pas dit leur dernier mot. Dirigés par Olivier et Laurent, qui appellait sans cesse ses coéquipiers à "jouer plus simple", les vaillants Canaris reviennent à hauteur de leurs adversaires à 5-5. Domi et Yvon, très en cannes, permettent même aux jaunes de prendre l'avantage (5-7). Mais c'est sans compter sur un FPV impeccable dans l'animation, qui pousse les siens à revenir à hauteur. On en appelle au but en or pour départager les deux équipes, mais comme bien souvent, l'éclairage se charge de nous renvoyer au vestiaire sur ce score de parité.
Le geste technique. Le retourné acrobatique de Steven devant le but alors que le Coach hurlait "Mets-y la tête" de l'autre côté du terrain. Au final pas de bobo, ni pour Steven, ni pour le ballon. Bien tenté tout de même.
Présents: François-Pierre, Yvon, Cyril, Domi, Olivier, Jérémy, Pierre, Coach, Philippe, Giulio, Jacky, Laurent, Steven et La Crouze.

29 janvier 2013

Les échos de l'entraînement

Le Coach, légèrement souffrant (c’est pas parce que c’est un blog de footballeur qu’il faut se sentir obligé de parler avec un vocabulaire du niveau d’un joueur de L1) n’a fait qu’une brève apparition hier soir. Il est resté 10mn, le temps de faire un bilan du match perdu contre les Avocats, de donner un ballon et de constituer les équipes.
Pas cool. L’arrivée tardive de François-Pierre a transformé le 8 vs 8, selon le conseil judicieux de Pierrot, s’est transformé en 9 contre 8. Et curieusement ce fut le score final (ok je ne compte pas le but cadeau de la fin où le Président labourant la terre a vu son dégagement aller dans les pieds de Laurent qui sans aucun fair-play, a planté un but, certes d'une belle facture, mais qui ne l’honore pas vraiment).
Le Match. Les « Neuf » (Pierrot, Stevens, Marc, Cyril, Giulio, La Crouze, Domi et Laurent puis François-Pierre) l’ont donc emporté de justesse (9-8) face aux « Huit » (Christian, Olivier, Fred, Bruno, Mathieu, Greg, Anthony II et Sébastien). Un mach qui commence à l’avantage des Huit qui mènent 1-0 au moment où FPV ramène sa fraise et crée le surnombre. Résultat : un quart d’heure plus tard les Neuf mènent 5-2.
Mais c’est sans compter avec les avants Huit qui trouvent enfin le chemin des filets en marquant quelques buts de classe dont une belle tête de Mathieu sur un centre impec de Fred.
A 5-5, les Neuf se rebiffent et marquent de jolis buts par Giulio (deux tirs puissants et bien placés qui ont enragé Christian) et par François-Pierre qui marque le but vainqueur en semi-volée sur une belle récup en milieu de terrain.
Commentaire. Dommage que Greg et Anthony II, les deux petits frères de Cyril, qui ont pourtant du ballon, aient parfois les pinceaux entortillés au moment de la frappe ; dommage aussi que l’excellent Mathieu ait les pieds carrés au mauvais moment, parce que ce match, jamais il n’aurait dû échapper aux Huit qui menaient au score 7-5 à un quart d’heure de la fin. Reste que ce fut une soirée sympa, bénie des dieux de la météo puisque la pluie et le vent ont fait relâche dès neuf heures du soir.
Le bonjour d’Yvon. A noter la visite sympa d’Yvon retenu par une réunion (il fait partie des dirigeants du rugby catalan) qui est venu nous encourager un peu avant dix heures. On le retrouvera la semaine prochaine.
Abdel. Il est blessé au genou, on espère le revoir bien vite, histoire d'être un nombre pair.
Présents. Pierrot, Stevens, Marc, Cyril, Giulio, La Crouze, Domi, Laurent, François-Pierre, Christian, Olivier, Fred, Bruno, Mathieu, Greg, Anthony II et Sébastien,

15 janvier 2013

Les échos de l'entraînement

galette montage. JPEG.JPG


On a dégusté la galette en écoutant les belles histoires de gangsters racontées par tonton Capsié


Le mauvais temps avait fait une pause hier soir entre 8h et 10h : plus de vent glacial, pas la moindre goutte de pluie et une température idéale pour jouer au football.
Le match. Après l’arrivée tardive de François-Pierre, on s’est retrouvé à 14 pour un 7 vs 7. D’un côté les Galettes Briochées (avec des gars qui en ont de la brioche) : Christian, Pierrot, Fred, François-Pierre, Laurent, Matthieu et Philippe. De l’autre les Galettes Fourrées (avec des gars qui... etc., etc.) : Michel, Abdel, Jacky, Stevens, Domi, Olivier et Marc.
Après un petit raout d’échauffement à 6 contre 7 on entamait le vrai match à force égale. Du moins en apparence parce que les hommes du Coach, jusque là un peu endormis se réveillaient. Profitant d’une défense aussi mobile qu’une classe de neige d’enfants cul de jatte sur une piste de ski de fond, ils plantaient à quatre reprises. Les rares contre-attaques des Briochés parvenant à la réalisation de trois passes enchaînées aboutissaient à des tirs au but d’une puissance comparable à celle du jet urinaire d’un nonagénaire à la prostate fatiguée.
Bref, résultat final 4-2 ou 4-1 selon que les chiffres émanent des la police ou des manifestants.
Simulation de péno. On a eu droit à un match dans le match (comme le disent depuis de décennies les reporters sportifs de TF1) avec un concours de simulation entre Philippe et Jacky. Incontestablement notre avocat maison s’est montré à la hauteur de Cristiano Ronaldo : ses cris déchirants ont réveillé le voisinage, reléguant au rang d'amateur la prestation toute en grimaces muettes de Jacky, un jeu hérité de l’Actor Studio newyorkais de la grande époque du cinéma en noir et blanc sans paroles.
Galette. Le Coach avait préparé une galette sympa avec des bolées de cidre et des rasades de Coca. Une soirée de Roi en ce qui le concerne : pour une fois son équipe a dérouillé celle du Président et en plus, il a récupéré les fèves de porcelaine pour sa collection familiale.
Présents. Christian, Pierrot, Fred, François-Pierre, Laurent, Matthieu, Philippe, Michel, Abdel, Jacky, Stevens, Domi, Olivier et Marc.

04 décembre 2012

Les échos de l'entraînement

Avant-match. On était 16+1 hier soir Porte d’Espagne. Aux valides s’est joint Frédérick, le bras en écharpe suite à la blessure qu’il s’est faite la semaine dernière. Une présence sympa qui nous a accompagné jusqu’à l’extinction des feux, montrant qu’on a affaire à un « bon gars » comme disent le sportifs anglais.
Le coach lui a remis un maillot tout neuf pour remplacer celui que les médecins lui avaient découpé au ciseau pour soigner son épaule. Ah ! ce Michel il sait vivre quand il veut.
Le match. Certes, le Coach sait vivre, mais dès le début du petit match qui a opposé les Mains-Mains (Michel, Stevens, Pierrot, Anthony, Yoann, Abdel, La Crouze et Laurent) aux Virevoltants (Christian, Olivier, Fred, Ramon, François-Pierre, Jérémy, Mathieu, Pascal), il s’est déchaîné.
Oui, notre Mimi avait de l’adrénaline à revendre. Ce qui ne l’a pas empêché de prendre trois pions en un quart d’heure. Des buts de haut vol de Mathieu, de Pascal et de Jérémy en reprises de volée ou de la tête grâce au bon travail sur les côtés de François-Pierre à gauche et d’Olivier à droite.
Mais les bonnes choses ont une fin et au changement de côté, le Coach nous sortait un arrêt de grande classe (il a même stoppé un péno en première mi-temps) qui marquait le début d’une belle course poursuite : d’un côté une foultitude d’occases loupées par les Virevoltants de plus en plus collés au terrain gras, et de l’autre les jeunes coureur comme Stevens, Yoann ou Anthony qui profitaient des distributions judicieuses de Laurent pour marquer sur des contres.
Mais au final les Virevoltants s’imposent 5-4.
Les mains des Mains-Mains. Sur la fin, Abdel, dont on ne compte plus les «mains réflexes» ces dernières années (il est à égalité avec Olivier dans ce domaine) a contesté un coup-franc sur une de ses mains « involontaires », soutenu en cela par un Coach remonté comme un string de DSK en présence d’une secrétaire au FMI. Résultat, on en était en vrai à 6-4 à la fin puisqu’un but a été marqué sur le coup-franc qui a suivi. Mais n’en dites rien aux Mains-Mains, il le prendraient mal.
Eau et électricité. En plus de la minuterie imbécile qui nous plonge dans le noir 100 fois dans la soirée, hier il n’y avait pas d’eau chaude. On s’est consolé avec les phrases d’anthologie prononcées par ce bon vieux Fred.
Paroles.
Michel : "Comment ça main ! j'ai rien vu !"
Abdel : « Alors maintenant on siffle toutes les fautes ? Tout à l’heure il me marche sur le pied et il ya coup-franc pour eux ! »
Fred seul dans la douche froide : « Je me lave seulement les jambes »
Pierrot : « Et tu te laveras le reste chez toi sous la douche mais sans te mouiller les jambes »
Fred ressortant un peu plus tard tout mouillé : « Finalement je me suis lavé tout, sauf la tête »
Présents : Coach, Stevens, Pierrot, Anthony, Yoann, Abdel, La Crouze, Laurent, Christian, Olivier, Fred, Ramon, FPV, Jérémy, Mathieu et Pascal

06 novembre 2012

Les échos de l'entraînement

Les 18 passionnés que les vacances et autres congés libéralement octroyés par des lois sociales complaisantes n’avaient pas bloqué chez les cousins de Lozère, se sont retrouvés hier soir à la Porte d’Espagne pour une soirée qui restera parmi les plus sympas, grâce à une partie âprement disputée dans le meilleur esprit.
Les équipes. Il fallait un vainqueur, ce fut l’équipe des Oranges Amères ( Michel, Abdel, Pascal, Jacky, Jérémy, Antony, Johann, Christian et Laurent).
Amères pour les Gris-Gris (Frédérick, Kevin, Jordan, Cyril, Olivier, Stevens, La Crouze, Domi et Sébastien) qui s’inclinaient 5-4.
Echauffement. Auparavant, le Coach avait sorti ses balises multicolores pour nous faire un atelier échauffement ponctué d’un concours de rapidité entre 4 équipes de 4, le tout sanctionné de dix pompes pour les perdants.
Le match. La première mi-temps était équilibrée et voyait les défenses prendre le pas sur les attaques. Ce qui n’empêchait pas Antony de marquer et La Crouze d’égaliser. Malgré une nette domination, les Oranges Amères ne scoraient pas et s’amusaient à viser le poteau gauche de Frédérick à trois reprises.
A la mi-temps, Christian prenait la place de Michel dans les buts et la domination des Oranges continuait. Elle se concrétisait par deux buts s : un beau tir dans l’angle fermé de Johann et une superbe balle placée entre les jambes du gardien par Michel. Ovation énorme dans le stade à laquelle se joignaient les riverains du stade accourus à leurs fenêtres.
Antony complétait le tableau et permettait à son équipe de mener 4-1.
La messe semblait dite, mais c’était sans compter avec le relâchement des Oranges qui jouaient à la baballe devant leur cages et commençaient à rendre les ballons à l’adversaire. Abdel, auteur d’un matche de fou en défense n’empêchait pas Cyril de concrétiser sur un but insensé après avoir échoué deux fois sur le gardien. Il récidivait un peu plus tard mais Antony rassurait ses troupes en marquant son troisième but. On en était à 5-3 quand Kevin marquait en coin et ramenait les Gris-Gris à un but.
Suspense. A 5-4, le Coach, les jambes en coton, le souffle court y allait de ses « On arrête ! C’est fini ! Dernière attaque ! » tandis qu’Olivier répondait par des « On attend l’extinction des feux ! ». On en resta là, grâce à la baraka de Christian servi par le poteau et la barre transversale : mais la chance ça se mérite !
Le geste technique. On le doit à Cyril qui reprend à 12 m du but en centre venu de sa gauche. Du pied droit il tire sur son tibia gauche. Il dit « Pardon » pour s’excuser auprès de ses partenaires de cette reprise pourrie, mais le ballon, pris d’un effet démoniaque et poussé par une saute de vent soudaine va se loger, au terme d’un gracieux demi cercle, au pied du poteau opposé. Comme quoi, les pieds bots peuvent nourrir tous les espoirs sur les terrains de foot.
Paroles. Cyril : « C’est vrai que mon collègue (ndlr Franck), a dit qu’il fallait me redresser les pieds dans un étau. Il est en congé, je vais lui parler à son retour »
Dialogue. Domi : « Tu crèves pas de chaud Michel avec tes quatre pulls ? »
Michel : « C’est pour transpirer »
Christian « Comme quoi au foot, il y a deux manières de transpirer, soit on met quatre épaisseurs de maillots, soit on court sur le terrain »
Présents. Michel, Christian, Abdel, Pascal, Jacky, Jérémy, Antony, Johann et Laurent
Frédérick, Kevin, Jordan, Cyril, Olivier, Stevens, La Crouze, Domi et Sébastien